12/11/2014

Vous cherchez ?

Logo-Croix_small.jpgL'Eglise protestante unie de Dreux Marsauceux est membre de l'EPUDF (Communion d’Eglises luthériennes et réformées) et de la Fédération protestante de France.

Le culte a lieu chaque 1er dimanche du mois au temple de Marsauceux à 10h30 (+ la veillée de Noël)

Les culte tous les autres dimanches au temple de Dreux à 10h30. Chaque 2éme dimanche du mois pendant le culte, hors vacances scolaires, une garderie est organisée pour accueillir les jeunes enfants, ainsi que le catéchisme (Ecole biblique) pour les enfants de 8 à 15 ans et des rencontres sympathiques pour les étudiants et jeunes actifs.

Vous cherchez ?

Lire la suite

Culte spécial le 7 décembre 2014 à Marsauceux

Dimanche 7 décembre 2014 à 10h30

Anne-Laure-Danet_medium.jpg

Invitation à un culte spécial

Au temple de Marcauseaux

Actualité et enjeux de la mission

Avec le pasteur Anne-Laure Danet du DEFAP

08/11/2014

Une confession de foi

FoiJe crois en Dieu. Par lui l’univers et notre existence sont créés toujours à nouveau. Dans le chantier du monde, son Esprit nous anime et nous porte. Il donne chaque jour à notre vie un sens positif, une dignité fondamentale, une vocation créatrice.

Dieu est l’avenir de l’humain. Sa présence éternelle dépasse les espaces et les temps.

Je crois que Jésus nous fait entendre Sa parole. Il est celui que nous écoutons et auquel nous regardons pour savoir qui est Dieu et qui est l’homme : un Dieu d’amour, selon la Bible ; un Dieu pour lequel l’être humain et la terre entière sont une espérance invincible. 
En Jésus, l’homme et Dieu sont à jamais ré-unis et inséparables. Il est un exemple pour nous et pour le monde.

Nous reconnaissons une seule Eglise, universelle et connue de Dieu seul. Elle existe par-delà les institutions chrétiennes et les frontières religieuses.

Je crois à l’amour plus fort que la mort

Laurent Gagnebin

18:38 Publié dans Notre Foi | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : foi | |  Facebook |

Un livre indispensable

jean ansaldi; grande langueOn peut être d’accord ou pas avec la théologie de Jean Ansaldi. Mais force est de constater que ce petit livre touche une réalité humaine si présente dans tous les cercles humains : la médisance. Il s’attaque à ce phénomène dans l’Église dont il rappelle qu’elle se définit à partir de et pour une Parole. Contrairement à une entreprise, dont « la production peut malgré tout se poursuivre », l’Église est paralysée jusque dans son être si la « mauvaise langue » y vient à régner. Au travers d’un parcours biblique, illustré de réflexions personnelles sur ce thème, Jean Ansaldi pose la question de l’éthique de la parole. Jusqu’où doit-on pratiquer la « liberté de la parole » ? Comment vivre le « secret pastoral » ? Toute personne très engagée dans la vie de l’Église fourmillera d’histoires plus ou moins personnelles de médisances ou de dérapages. Est-ce une fatalité ? Doit-on se contenter de cette humanité de l’Église ? Ou peut-on réapprendre à « bénir », c’est-à-dire à « dire du bien » ? Oserais-je dire que ce livre m’a personnellement beaucoup touché ? Un livre indispensable à mettre entre les mains de toutes les personnes et de tous les conseils chargés de responsabilités dans nos Églises… et sans doute ailleurs ! (Texte paru dans Evangile et liberté de Novembre 2006 par Jean-Marie de Bourqueney).  Auteur(s) : Jean Ansaldi Editeur : Moulin (Editions du) Année de sortie : 2006 Nombre de pages : 87 pages, poids : 200 gr - Réf.: 1700046, Isbn : 9782884690225 Prix (-5% = 10.45 €) 11 € 

Lire la suite

05/11/2014

Agenda d'animation financière - Novembre 2014

animation financière,trésorerieAide-Mémoire pour la comptabilité annuelle : 

télécharger l'agenda ici

Extrait : "... la meilleure animation financière est la transparence des comptes et donc la bonne tenue de la comptabilité".

Lire la suite

19/10/2014

Yom Kippour le 04.10. 2014 à Dreux

photo (7).JPG

La période des fêtes juives d’automne entre le Nouvel an Juif (Roch Hachanah 25 - 26 septembre) et le Jour du Grand Pardon (Yom Kippour, 4 octobre) est l’occasion pour les chrétiens de rappeler le lien spirituel qui les unit au peuple juif.

 

Des documents à télécharger : (texte de Francis Dieny, calendrier des fêtes juives d'automne, commentaire du grand Rabbin Gilles Bernheim, quelques explications, affiche)... sont disponibles

sur le site de l'Union des Eglises protestantes d'Alsace et de Lorraine(UEPAL).

19:51 Publié dans Oecuménisme | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : yom kippour, dreux | |  Facebook |

Débat : "Quelle bénédiction ?" le 12.10.à Dreux

image (1).jpegimage.jpeg
bénédiction,dreux,débat

"Le travail synodal dans lequel notre Église s’engage a principalement un double enjeu, missionnaire et pastoral.

Nous nous savons appelés à être une Église de témoins. Témoins de Jésus-Christ, dans une écoute ouverte, partagée et active de l’Évangile. C’est cette vocation qui est source de notre communion, qui donne son sens à la vie de notre Église, qui oriente ce que nous entreprenons.

Or évangéliser, c’est bénir. L’un à partir de la racine grecque (eu/aggelizo), l’autre à partir de la racine latine (bene/dicere), ces deux mots indiquent la même visée : porter une parole bonne et féconde, annoncer une bonne nouvelle qui fait vivre. Pour nous, cette parole vient de Dieu et s’adresse à chacun : c’est l’Évangile de Jésus, le Christ. Nous en sommes témoins. Comment ? Auprès de qui ? Dans quelles circonstances ? Voilà l’enjeu premier.

Le second enjeu est pastoral. Dans ce travail sur la bénédiction, ce n’est pas de belle théorie, et encore moins d’idéologie, dont il est question. Il s’agit de personnes, de couples, de familles et de communautés. Comment partager cet Évangile dans le concret de rencontres et d’accompagnements ? Comment le partager avec celles et ceux qui sont là ? Comment le partager avec celles et ceux qui, dans le flot de joies et de souffrances apportées par la vie, se tiennent sur le seuil de questions, parfois claires et parfois à peine formulées, et qui oseront peut-être les exprimer si nous osons les encourager ? Comment partager tout cela non seulement dans le secret du bureau d’un pasteur mais également en Église ? Non seulement avec des mots mais aussi avec des présences et des gestes ?

C’est à la lumière de cette visée missionnaire et pastorale que l’ensemble des questions posées par ce thème synodal doivent être abordées. Où en sommes-nous de nos pratiques actuelles en matière de bénédiction ? Faut-il les faire évoluer, pour plus de justesse ? Faudrait-il élargir les occasions de bénédiction dans un cadre liturgique et communautaire ? Si oui, lequel et comment ? Est-il souhaitable, notamment, d’envisager ou pas de bénir des couples de personnes de même sexe qui le demanderaient, et pourquoi, comment, dans quel(s) cadre(s) éventuel(s) ? Tant d’autres questions encore, évoquées dans ce dossier préparatoire et qui, loin des réponses binaires du type licite / illicite, nous appellent à mieux être ensemble responsables – au sens propre – de l’Évangile devant nos contemporains."

Extrait du préface du pasteur Laurent Schlumberger, président du Conseil national.

Télécharger les deux volumes du numéro spécial :

 

11/10/2014

2017 nos thèses pour l’Evangile: lancement...

photo Diaconesse.jpg

L’Eglise protestante unie de France, notre paroisse réformée de Dreux-Marsauceux, a inauguré ce samedi 11 octobre 2014 à Versailles le lancement des manifestations à l’occasion des 500 ans de la Réforme. Luther a affiché 95 thèses en 1517 suscitant par ce geste, l’élan de la Réforme dans l’Europe de la Renaissance.

Cette journée nationale intitulée : 2017 nos thèses pour l’Evangile est le premier temps des rencontres organisées dans toute la France pour préparer les manifestations publiques qui auront lieu dans 35 pays en 2017.

2017 nos thèses pour l’evangile

Lettre d'information n°1 :

 

Quelles sont nos « thèses » pour l’Evangile aujourd’hui ?

Cliquez pour lire le texte de

Laurent SCHLUMBERGERpasteur, président du conseil national de l’Eglise protestante unie de France

Une décennie de renouvellement 

Cliquez pour lire le texte de

Jan Albert RoetmanCoordinateur du groupe interrégional « Thèses 2017 »

Le monde comme il va... selon Einstein

decorations-murales-albert-einstein-style-pop-art-10643933-dscn2458-a7282-933dc_236x236.jpgLe monde est dangereux à vivre non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire.

Bonus

Définissez-moi d'abord ce que vous entendez par Dieu et je vous dirai si j'y crois. Quoiqu’il en soit, ce que je sais de Dieu en tant que scientifique, c’est que l'escalier de la science, en l’occurrence l'échelle de Jacob, ne s'achève qu'aux pieds de Dieu. Personnellement, ce qui m'intéresse vraiment c'est de savoir si Dieu avait un quelconque choix en créant le monde.

Il n'existe que deux choses infinies, l'univers et la bêtise humaine... mais pour l'univers, je n'ai pas de certitude absolue.

La seule chose absolue dans un monde comme le nôtre, c'est l'humour. 

16:35 Publié dans Méditations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : humour, einstein, dieu | |  Facebook |

08/10/2014

Classique mais bien

Lire la suite

22:34 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amazing grace | |  Facebook |

22/09/2014

Christiane Chaney nous a quittés

25/08/2014

Passion, bovarysme & sentiments moraux : une pré rentrée littéraire...

« Pour moi ne comptent que ceux qui sont fous de quelque chose, fous de vivre, fous de parler, fous d'être sauvés, ceux qui veulent tout en même temps, ceux qui ne baillent jamais, qui ne disent jamais de banalité, mais brûlent, brûlent, brûlent comme un feu d'artifice», a écrit Kerouac. Aubert, lui, chante Houellebecq:

Le bovarysme ou bovarisme, qui s'entend chez Aubert et Houellebecq - et bien d'autres, est "un état ou sentiment d'insatisfaction, caractéristique du personnage d'Emma Bovary, héroïne du roman de FlaubertMadame Bovary".

La liste de mes envies de Grégoire Delacourt (J.-C. Lattès, Paris, 2012), lu cet été au coin du feu (hé oui, quel été!), fait fond sur ce "bovarysme amoureux", dont la plus belle exploration se trouve dans Belle du Seigneur (Albert Cohen, Gallimard, 1968) - cité par l'auteur, d'ailleurs. Cette liste se lit en peu de temps, contrairement à Belle du Seigneur, et correspond au ton de notre l'époque. On a parlé de "La justesse et la grâce de l'évocation du bonheur de vivre". La réalité de la la naissance et de la fin d'une passion amoureuse, comme dans le dernier Paolo Cuelho, Adultère - aperçu au bord de la piscine (quel météo été, je vous dis !) pose l'éternelle question : « Une vie sans amour vaut-elle la peine d être vécue ? ». Sommes-nous arrivés au point où risquer notre vie est la seule chose qui nous libère de l’ennui, questionne à son tour Paolo Cuelho ?

Heureusement, il me reste la Théorie des sentiments moraux d'Adam Smith - acheté avant de partir, mais pas encore ouvert : bovarysme de rentrée, sans doute.

Et, surtout, Le Royaume, d'Emmanuel Carrère (P.O.L, 2014), qui raconte l’histoire des débuts de la chrétienté, vers la fin du Ier siècle après Jésus Christ. Comment deux hommes, essentiellement, Paul et Luc, ont transformé une petite secte juive refermée autour de son prédicateur crucifié sous l’empereur Tibère et qu’elle affirmait être le messie, en une religion qui en trois siècles a miné l’Empire romain puis conquis le monde et concerne aujourd’hui encore le quart de l’humanité.

Cette histoire, portée par Emmanuel Carrère, devient une fresque où se recrée le monde méditerranéen d’alors, agité de soubresauts...

 

16:22 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poésie, musique, passion | |  Facebook |

05/08/2014

L'ayant regardé, Jésus l'aima (Marc 10,21)

Les évangiles nous rapportent l’histoire d’un homme, jeune encore, qui vint un jour vers Jésus lui poser «sa» question - celle que tout homme, me semble-t-il, se pose au moins une fois dans sa vie, sous des formes qui peuvent être très diverses.

Lire la suite

01/07/2014

Osons l'avenir avec clairvoyance et espérance

"pasteur-robin.jpgUne Église, très loin d'être un club fermé, est un lieu accueillant pour tous, jeunes vieux, riches, pauvres, en bonne ou mauvaise santé. C'est un lieu ouvert mais néanmoins anonyme dans le sens où on ne juge pas (....) L'Église doit nous aider à regarder l'avenir en face courageusement sans peur. Évitons de nous voiler la face par fatalisme ou en nous rassurant par des utopies erronées ou par des fuites dangereuses vers des propositions radicales. Osons l'avenir avec clairvoyance et espérance." (Pasteur Robin Sautter, L'Avenir de l'Artois)

28/06/2014

Dimanche 29 juin : culte consistorial à Versailles avec le Defap (pas de culte à Dreux)

Sabbath.jpg

http://www.christianitytoday.com/amyjuliabecker/2014/june...

http://www.defap.fr/

23/06/2014

Culte de bénédiction de Amélie et Damien Lecourtois le 7 juin 2014 au Praz de Lys

_MG_6344.JPG

Lire la suite

02/06/2014

Message du président de l'Eglise protestante unie de France (EPUdF, Pr Laurent Schlumberger), à l'occasion du IIème synode de l'EPUdF à Avignon du 29 mai au 1er juin 2014

Capturer Synode II.JPG

Vraiment intéressant :

à consulter ou télécharger en cliquant sur le lien: ici

ou là : : http://www.eglise-protestante-unie.fr/

02/05/2014

Témoignage : le gouvernail (Par Philippe Sautter)

église protestante unie de dreux marsauceuxLe ministère de conseiller presbytéral est un ministère collégial, le conseil presbytéral dans son ensemble gouvernant l’église locale, sous l’autorité du synode régional. (conseilpresbyteral.fr)

Gouverner s’entend au sens du gouvernail, qui permet de tenir le cap, d’aller dans une direction bien défi nie, en définitive de savoir où l’on va : c’est parfois plus facile à dire qu’à faire ! En effet, tenir la barre à plusieurs n’est pas aisé, et même si l’on peut imaginer deux matelots s’arcboutant sur la roue pour gouverner un vaisseau dans la tempête, ils ne font que tenir un cap fi xé par le commandant. 

Au conseil, nous devons à la fois fixer le cap et tenir ce cap. Notre Commandant nous parle, certes, mais pas toujours de manière audible, ou alors Il n’est pas compris de la même manière par tous les barreurs...

Fixer le cap c’est décliner chez nous, avec notre histoire, notre sociologie, nos forces et nos faiblesses, la mission de l’Église : témoigner de l’Évangile aujourd’hui au niveau local, cela veut dire quoi ? Quel projet de vie ? Nous n’avons pas réussi à l’écrire à Grenoble, par contre nous avons détaillé le fonctionnement de notre grosse paroisse et rédigé le cahier des charges des quatre postes pastoraux.

Tenir le cap, c’est, semaine après semaine porter la vie matérielle et spirituelle de l’Église locale en accompagnant le ministère des pasteurs : la mission est aussi vaste que l’océan, c’est ce qui fait son charme. Pêle-mêle : que fait-on avec le SDF qui a élu domicile devant la porte des locaux de paroisse ?

Que fait-on de la trésorerie positive en fin d’année ? (Mais oui cela arrive ! ) Quel thème pour la journée de paroisse ? Qui choisir comme catéchètes ? Fait-on appel à un jeune allemand pour une « année diaconale » ? Accepte-t-on l’offre d’achat d’un presbytère (habité) par un promoteur immobilier ?

Prendre ces décisions, et bien d’autres, dans la collégialité, c’est possible quand le conseil presbytéral est un lieu d’Église, où se vit la communion dans le respect, l’amitié et la responsabilité, avec parfois quelques franches rigolades...

Philippe Sautter est président du conseil presbytéral de Grenoble.

Psaume 23 (version du "vieux marin")

Je crois l'Eglise universelle (RDV le 29 juin)

Capturer Journée.JPG

Journée consistoriale OK (1).pdf

28/04/2014

Vers 2017…

Capturer 2017.JPGhttp://theses2017.fr

Une porte qui s’ouvre, c’est une occasion de rencontres nouvelles qui est donnée.L’année 2017 est une de ces portes. Elle est une chance à saisir pour notre Eglise protestante unie, qui s’est constituée afin de mieux répondre à sa vocation d’annonce de l’Evangile. 

Dans une société où le religieux est devenu si mouvant et insaisissable (ignorance croissante, raidissements identitaires, confusions, mais aussi aspirations réelles et quêtes intenses), notre Eglise est engagée dans une mutation. Naguère « petit troupeau » qui se serrait les coudes et cultivait l’entre-soi, elle sait qu’il lui faut être, de manière renouvelée et plus audacieuse, Eglise de témoins, Eglise attestataire. En 1517, Luther avait affiché ses fameuses « 95 thèses ».

A l’occasion des 500 ans de cet acte fondateur, plutôt que de célébrer un Age d’or supposé, inspirons-nous de son geste :
Pour nous, que signifie faire confiance à Jésus-Christ ?
Comment vivre et dire son Evangile ?
Que change t-il dans notre rencontre avec les autres et avec nous-mêmes ?
En quoi donne-t-il son sel, sa lumière, son sens, à notre vie personnelle et commune ?
Convaincus et hésitants, vieux parpaillots et nouveaux venus, anciens et jeunes, nous sommes tous appelés à répondre, chacun et ensemble. Nous sommes tous appelés à entrer, de 2014 à 2017, dans cette dynamique de réflexion, d’échange et de partage, dans laquelle notre Eglise a décidé de s’engager.
Avec confiance.

Laurent SCHLUMBERGER
pasteur, président du conseil national de l’Eglise protestante unie de France

 

4 étapes essentielles